Remise des Prix Sport & Littérature
le 16 novembre 2017 au ministère des Sports

La cérémonie de remise des prix 2017 de l’Association des Écrivains sportifs s’est déroulée le jeudi 16 novembre dans la salle de réception du ministère des Sports, en présence des lauréats et de leurs éditeurs. Guillaume Marcher, chef de cabinet de Laura Flessel, a accueilli les nombreux invités, représentant la ministre des Sports, absente en raison d’un voyage au Maroc.

Le Grand Prix Sport & Littérature a été remis par Bernard Chambaz à Elie Robert-Nicoud pour son ouvrage Scènes de boxe, publié par les Éditions Stock. Pour l’auteur, la boxe n’est pas un sport. Elle est une identité faite de douleur, de lumière, de rédemption, de pauvreté, de gloire, de défaites. Elle est un genre, au même titre que les films noirs ou le jazz. Elle a ses codes et ses destins cabossés, celui de Max Baer, hanté par les deux hommes qu’il a tués sur le ring, Barney Ross, orphelin comme Mike Tyson, Jimmy Braddock, docker devenu champion du monde, sans oublier quelques figures tutélaires, Jack Johnson, Floyd Mayweather ou Joe Frazier. Ils sont tous là, dans ces Scènes de boxe, perpétuant la légende sans cesse recommencée.

Le Prix étranger Sport & Littérature a été remis par Benoît Heimermann à Adrien Bosc, directeur des Éditions du Sous-Sol, qui représentait William Finnegan, absent de la cérémonie. L’auteur américain a été récompensé pour son ouvrage Jours barbares qui est le récit d’une obsession, d’un enchantement complexe. Le surf ressemble à « un sport et un passe-temps », dirait James Salter. Pour ses initiés, c’est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, une passion dangereuse, un art de vivre. Ode à l’enfance, à l’amitié et à la famille, Jours barbares formule une éthique de vie, entre le paradis et l’enfer des vagues, où l’océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne. William Finnegan a été lauréat du prestigieux Prix Pullitzer pour cet ouvrage en 2016.

Le Prix de la Carrière a été remis par Alain Calmat, ancien ministre des Sports, à Alain Billouin pour l’ensemble de sa carrière. Journaliste, il a fait l’essentiel de son parcours professionnel à L’Équipe comme expert des sports olympiques. Écrivain, il a publié de nombreux ouvrages consacrés aux sports et aux sportifs.

Le Prix du Commentateur sportif a été remis par Jean-Marc Adjovi-Boco, entraîneur de l’équipe de France des écrivains, à Olivier Ménard, présentateur de l’émission « L’Équipe du soir » sur La Chaîne L’Équipe, qui a retransmis en direct l’événement, en présence d’Arnaud de Courcelles, directeur de la chaîne.

Par ailleurs, le Prix féminin, le Prix du Beau Livre et le Prix du Document sportif ont récompensé, respectivement, Béatrice Barbusse pour Du sexisme dans le sport (Éditions Anamosa), Christian-Louis Eclimont pour Catch, l’âge d’or (Éditions Huginn & Muninn) et Laurent Turcot pour Sports et loisirs (Éditions Gallimard) – ce dernier en présence de Line Beauchamp, déléguée générale du Québec à Paris, et Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne.

Plus de quatre-vingts personnes ont assisté à cette cérémonie, dont une quinzaine de membres de l’Association des Écrivains sportifs.

Rendez-vous à l’automne 2018 pour une nouvelle édition de ces traditionnels prix de l’Association des Écrivains sportifs, dont le Grand Prix a été décerné pour la première fois en 1942, il y a soixante-quinze ans.

TRISTAN7Pour commander :
castor.editeur@wanadoo.fr