Les ouvrages des membres de l’AES

« À tombeau ouvert », par Bernard Chambaz

Avec «À tombeau ouvert», Bernard Chambaz revient sur la vie d’Ayrton Senna, qui s’est tué en course à Imola en 1994. Dans ce roman, Bernard Chambaz nous éclaire sur la personnalité de cet homme pour qui la vitesse était une passion. Il s’intéresse à ce qui s’est réellement passé ce funeste dimanche de 1994, présente les différentes théories sur l’accident et évoque la cupidité des directeurs de course. Bernard Chambaz nous propose un texte d’une rare sensibilité, un roman passionnant et passionné.

Bernard Chambaz a été distingué par le prix Blondin 2017 pour son ouvrage. Remise du prix le 14 mai 2017 dans le cadre des Journées du Livre et du Vin de Saumur.

Publié chez Stock, collection La Bleue, 18 euros, 2016 pages

« L’Échappée triste », par Alexandre Rispal

Sous forme de fiction, Alexandre Rispal nous replonge dans le cyclisme des années 1990, marqué par les affaires de dopage. Sous forme de polar, l’auteur évoque le destin de trois personnages au destin malheureux: un vainqueur du Tour de France, Richard Loustakov, dont la réputation est ternie à cause d'une sombre affaire de dopage; un journaliste sportif, opportuniste et corrompu, qui deviendra l'agent sportif de Loustakov; le fils de Loustakov, qui porte son nom comme un fardeau et finit par se suicider.

Edilivre, 11 euros, 116 pages

“ Petit manuel musical du football ” par Pierre-Etienne Minonzio

Le football possède une riche tradition musicale. Et, fort heureusement, celle-ci ne se limite pas aux tentatives de joueurs s’improvisant soudain chanteur, à l’image en France de Marius Trésor ou Youri Djorkaeff. Non, cette tradition renvoie à des phénomènes culturels bien plus marquants, perceptibles à travers le monde, qui vont des chants de supporters, parfois très créatifs, jusqu’aux chansons qui font l’éloge du football (chez New Order, Miossec, Chico Buarque…), en passant par les musiciens mordus du ballon rond, comme Pete Doherty qui avait créé dans son adolescence un fanzine à la gloire des Queens Park Rangers. Sans oublier des spécificités locales, tels ces Argentins qui font rimer futbol et tango ou ces clubs anglais qui apportent un soin méticuleux à choisir la musique qui va accompagner l’entrée de leur équipe sur le terrain. Le champ abordé par ce dictionnaire ludique est donc très vaste et il s’adresse tant au nostalgique de la chanson ” Allez les verts ” qu’au lecture qui s’intéresse à la portée culturelle du football.

“ Petit manuel musical du football ” par Pierre-Etienne Minonzio, Editions Le Mot et Le Reste, 272 pages, 20€.

"Les champions d'Hitler" par Benoît Heimermann

« Qu’est-ce donc, au fond, que le sport, sinon la lutte des forces au service de la Patrie ? » D’une phrase, Eckart Hans von Tschammer und Osten, Reichssportführer de 1933 à 1943, défi nit les motivations du régime nazi en matière d’exploits athlétiques. Dans Les champions d’Hitler, Benoît Heimermann explore l’histoire de ces athlètes et aventuriers allemands, alpinistes, footballeurs, tennismen, boxeurs, pilotes qui, de records en surpassements de soi, ont joué les fers de lance du régime nazi. Sauf que tous, à l’image du sauteur en longueur Luz Long battu par le Noir américain Jesse Owens, ont échoué avant même que la guerre n’embrase la planète entière. Représentants d’un sport utile, codifié et instrumentalisé, ces funestes messagers se croyaient des héros infaillibles, ils n’étaient que de vulnérables otages.

"Les champions d'Hitler" par Benoît Heimermann, Editions Stock, 220 pages, 18,50 €.

« Cultures sportives et cultures politiques »

Sous la coordination de Patrick Clastres, la revue « Histoire@Politique » a publié un passionnant dossier sur le thème « Cultures sportives et cultures politiques » dans son numéro 23, daté mai-août 2014. « Histoire@Politique - Politique, culture, société » est la première revue scientifique d’histoire contemporaine exclusivement électronique. Revue à comité de lecture, elle est publiée par le Centre d’histoire de Sciences Po.
Voici les chapitres de ce dossier dont certains ont été rédigés par Patrick Clastres et Paul Dietschy, tous deux membres de l’Association des Ecrivains Sportifs.

« Cultures sportives et cultures politiques. Le cas des chefs d'État et de gouvernement dans le monde au XXe siècle »
- Les cultures politiques au défi des cultures sportives, par Patrick Clastres.
- Les présidents américains et le sport : pouvoirs de l’exercice et exercice du pouvoir, de Theodore Roosevelt à Barack Obama, par Peter Marquis.
- Les cultures corporelles et sportives des femmes au pouvoir, de Golda Meir à Angela Merkel, par Florence Carpentier.
- Les passions sportives des dirigeants italiens, par Fabien Archambault.
- Générations athlétiques et éducations corporelles. L’autre acculturation politique des présidents de la V° République, par Patrick Clastres.
- Entre tribunes et terrain. Les cultures sportives des chefs d’État argentins des années 1880 aux années 1990, par Lucie Hémeury.
- Du sportsman à l’histrien : les cultures sportives de trois leaders africains (Nnamdi Azikiwe, Nelson Mandela et Joseph-Désiré Mobutu), par Paul Dietschy.
- Sport and Political Leaders in the Arab World, par Mahfoud Amara
www.histoire-politique.fr

« Si les bouches se ferment » par Alban Lefranc

Après « Le Ring invisible », couronné en 2013 par le Grand Prix Sport et Littérature, mais aussi par le Prix Ile-de-France des lycéens et le Prix de la Ville de Caen, Alban Lefranc vient de publier son nouveau roman, « Si les bouches se ferment » (Editions Verticales / Gallimard).
www.editions-verticales.com

Pour les Parisiens, des lectures sont organisées le vendredi 11 avril à 18h30 à la librairie L’Humeur vagabonde, 44 Rue du Poteau (18°), puis le 24 avril au cinéma MK2 Quai de Loire, 7 Quai de Loire (19°). En région, une lecture par Denis Lavant aura lieu le samedi 24 mai dans le cadre du Festival Terre de Parole.
terres-de-paroles.com

« Le Siècle olympique » par Pierre Lagrue

Le Siècle olympique de Pierre Lagrue retrace l’histoire des Jeux Olympiques, depuis les Jeux d’Athènes en 1896 jusqu’aux Jeux de Londres en 2012.

Olympiade après olympiade, pour les Jeux d’été et pour les Jeux d’hiver, l’ouvrage propose une fiche signalétique (participants, nations, disciplines, épreuves...), une synthèse (contexte historique et politique, organisation, enjeux, bilan sportif et économique...), une chronologie détaillée des compétitions sportives « au jour le jour », les biographies des champions marquants de chaque édition.

Le Siècle olympique propose aussi 37 « zooms » transversaux, lesquels ouvrent des perspectives élargies à partir d’un événement précis. Les thèmes peuvent être sportifs et olympiques (Le marathon, L’évolution du programme olympique, Les cérémonies d’ouverture...), de société (Les femmes et les Jeux, Le dopage, La sécurité, La corruption...), économiques (Le coût des Jeux, Les Jeux et la télévision, La « marchandisation »...), politiques (La guerre froide et les Jeux, La R.D.A. et les Jeux, La Chine et les Jeux...), historiques (Les Jeux nazis en 1936, Le Black Power aux Jeux en 1968...), culturels (Les concours d’art et littérature, Le cinéma et les Jeux...), etc.

Tous les résultats des Jeux Olympiques d’été et des Jeux Olympiques d’été d’hiver sont rassemblés en fin d’ouvrage.

Le Siècle olympique restitue avec érudition et passion la saga des Jeux Olympiques. Il est en plus servi par une iconographie riche et dynamique qui permet de vivre encore mieux l’irrésistible séduction de l’exploit sportif.

Un ouvrage, spécialement conçu pour le numérique, pour tout savoir sur les Jeux Olympiques

"Ils ont écrit le Tour de France, La Grande Boucle vue par les écrivains" par Benoît Heimermann

Cette anthologie proposée par Benoît Heimermann, Président de l'Association des Écrivains Sportifs, célèbre le Tour de France, ses paysages, ses héros, son folklore et ses mythes à travers une sélection d'écrits (roman, article de presse, polar, poésie, chanson) d'auteurs de toutes époques.
En 2013, le Tour de France dispute sa centième édition. La traditionnelle "fête de juillet" est, avec les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football, l'un des événements sportifs les plus suivis. Et les récentes et nombreuses affaires de dopage ne changent rien à l'affaire.
Le Tour est plus fort que le Tour. Partout, ce chemin de ronde si particulier fait lien entre le public et ses représentants, réunit sur le pas de leurs portes, les publics les plus divers et fait découvrir les régions les plus reculées de France.

Cette anthologie, par la voix d'un peloton d'écrivains inégalé (plus de soixante), balaie tous les âges du Tour et tous les moyens de le chanter et de le rapporter (roman, article de presse, polar, poésie, chanson). Parce que son déroulé a longtemps été imperceptible (la télévision n'est apparue dans le sillage des coureurs qu'au mitan des années 1950), parce qu'il compose avec la géographie multiple de notre pays, parce qu'il relève pour chacun du souvenir d'enfance, parce qu'il exige de ses participants des efforts et des sacrifices sans cesse recommencés, parce qu'il nourrit l'épopée et la fable, le Tour est une matière romanesque d'exception.
Cet ouvrage le confirme : le Tour se lit tout autant qu'il se voit.
Flammarion, 350 pages, 18 euros.

"Dernières nouvelles du martin-pêcheur" par Bernard Chambaz

Grand Prix Sport & Littérature 2014, Bernard Chambaz a traversé les Etats-Unis vingt ans après la mort de son fils Martin. Seul sur sa bicyclette, la vie continue autour de lui à chaque coup de pédale. Au fil de ses méditations, il propose au lecteur de partager d'autres destins et pose la question de savoir ce qui se trouve au bout du chemin.

"Dernières nouvelles du martin-pêcheur" par Bernard Chambaz, Editions Flammarion, 320 pages, 19 €.



Bernard Chambaz, par-delà la douleur


Il y a vingt ans, l'écrivain Bernard Chambaz perdait son fils, Martin, 16 ans, dans des conditions dramatiques. Depuis, pas un de ses livres qui ne l'évoque, plus ou moins directement. Mais pas un seul, de ces livres, ne possède l'éclat de celui-ci : Dernières nouvelles du martin-pêcheur est le chef d'oeuvre de Bernard Chambaz, le livre du dépassement et de l'acmé, un bijou étincelant qui affirme que le deuil est compatible avec la joie.

La route est sans doute pour beaucoup dans la réussite de ce livre majeur. La route américaine. Ce long ruban de bitume qui fascine, attire, entraîne. Jack Kerouac, après les pionniers. De Cape Cod, sur la côte Est des Etats-Unis, jusqu'à Los Angeles, sur les rives du Pacifique. A travers les champs de maïs du Midwest, les Rocheuses, les Grandes Plaines, le désert Mojave...

Les paysages sont des dieux endormis que réveillent ceux qui leur apportent une offrande. Bernard Chambaz, enfourchant son vélo, rebaptisé "Kingfisher" (le martin-pêcheur), en hommage à son fils foudroyé, croit faire la route mais c'est la route qui le fait. Roule-t-il pour expier? lui demandent, un jour, des autochtones. Non. Il roule parce que c'est le seul moyen d'aller de l'avant.

"Rester malgré tout sur la pente du bonheur"

A chaque coup de pédale sur cette terre où, depuis toujours, il est permis à un homme d'avoir une deuxième chance, de se réinventer, Bernard Chambaz découvre une force qui, jusque-là, le fuyait. Comme si la route, déliant ses muscles, libérait sa plume. Le vélo et l'écriture sont devenus pour lui les ressorts qui permettent d'échapper à l'abîme. Il rapporte de ce périple américain un récit fabuleux, au sens propre du terme. Un hymne à la joie, aussi.

"La joie consiste à rester malgré tout sur la pente du bonheur", écrit-il. Question de rythme : un peu plus vite, on s'épuise ; un peu moins vite, on s'angoisse. Pareil pour le lecteur, à qui Chambaz offre un moment merveilleux, où le chagrin et l'allégresse se côtoient pour composer un saisissant requiem. Entre deux étapes, Chambaz convoque les figures historiques de ce dénuement qu'est la perte d'un enfant : voici Hécube, Theodore Roosevelt, Abraham Lincoln, Charlie Chaplin, Robert Plant, mais, surtout, la superbe Anne Morrow Lindbergh. Pas de coda, pas de morale édifiante, juste le récit d'un voyage, entre hallucinations et efforts, par-delà la douleur. Un moment de pure beauté.

Source : "Bernard Chambaz, par-delà la douleur", article de François Busnel publié sur l'Express.fr le 24/01/2014.

"Lys. Une ancienne commune du Mâconnais,
Chissey-Les-Mâcon" par Richard Alix

Richard Alix, historien autodidacte, membre fidèle de l'Association des Écrivains Sportifs, vient de publier un ouvrage très fouillé sur Lys, le hameau de Chissey-lès-Mâcon où il habite.
Un travail de titan. En presque 570 pages, l’ouvrage que vient de sortir Richard Alix retrace l’histoire du village de Lys à travers les siècles, du temps des Gaulois jusqu’au rattachement de la commune à sa voisine Chissey-lès-Mâcon, en 1825.
Pour écrire cette monographie qui fera certainement date, Richard Alix a travaillé plusieurs années : « Tout un hiver aux archives départementales à Mâcon et Dijon, un autre pour la rédaction, et plusieurs mois pour les relectures et corrections », assure l’auteur.
Ancien nageur et entraîneur de haut niveau, longtemps directeur des piscines municipales de Mâcon, ce retraité de 69 ans a publié de nombreux articles et livres consacrés à la natation. Il est également connu pour avoir créé un musée de la natation dans une dépendance du prieuré-château de Lys, où il réside depuis 1997.
C’est d’ailleurs en s’intéressant à l’histoire des précédents propriétaires qu’il a progressivement élargi ses recherches à l’ensemble du hameau. « Je suis parti d’armoiries gravées sur une cheminée et d’un texte inscrit sur du mortier, dans le grenier, raconte Richard Alix. Par curiosité, en voulant comprendre les origines des anciens occupants de ma maison, je me suis retrouvé avec une énorme masse de matériaux historiques. Je me suis alors décidé à faire une monographie du village. » Remontant le fil, en citant ses sources comme tout bon historien, illustrant son propos par des photos et des reproductions d’archives, l’auteur traite de toutes les époques, abordant notamment les nombreuses familles nobles qui se sont succédé au cours des siècles.
Insatiable curieux, Richard Alix travaille actuellement sur son prochain livre, en rapport avec son univers professionnel. Il s’intitulera "L’histoire des maîtres nageurs en France".


• « Lys », par Richard Alix, Editions Musée de la Natation, 570 pages, 40 € + 5 € de frais de port.
Commande par téléphone au 03.85.50.78.06.

Source : Le Journal de Saône-et-Loire